Françoise BONNEROT
Françoise BONNEROT

Germination

Pas besoin pour moi de me déplacer, ni de chercher une rupture avec le passé.

 

En temps de crise, je préfère un art recentré sur l’infime.

 

Plutôt que d’adhérer au spectaculaire

 

Dans des œuvres où la main disparait,

 

Je regarde dans ma cuisine, avec tendresse

 

Les fruits pourris qui renaissent.

 

Le voyage, pour moi, restera intérieur…

 

 

                                                                                      F.Bonnerot, le 05/06/2015

 

 

"La terre est ronde, elle est à tous, tous s'y trouvent chez eux en quelque point qu'ils soient."  Kant

Au repli nationaliste, aux fermetures des frontières et à l’expression galvaudée de dialogue entre les peuples, je voudrais opposer le goût de l’intime et l’universalité du dialogue intérieur. J’aimerais qu’il soit possible de changer cet ordre mondial qui contraint nos corps et nos esprits, en saisissant le poétique dans l’infime et le rebut, en adaptant la pensée utopique dans une économie de moyens. Selon Kant « La terre est ronde, elle est à tous, tous s'y trouvent chez eux, en quelque point qu'ils soient ». Mais la terre est patatoïde…

 

Reconstitution de mon travail d’atelier, « Germination » est une œuvre en devenir. Sujet a priori vulgaire, la pomme de terre s’est imposée à moi comme métaphore de ce que nous font subir les systèmes en place : valeur détournée du travail, corps malmenés pour le profit, esprits qui se recroquevillent ou se perdent. Mais c’est aussi une vision d’espoir, les tubercules méprisés se faisant métonymie du nécessaire renouveau des postures, dans leur germination silencieuse, lente et absolument vitale.